discours à la marche des femmes

<laurde

 

[English below]

Durant les dernières années, les médias ont commencé à beaucoup parler des femmes trans. Pour la première fois, on entend parler de notre existence. Pour la première fois, on entend parler de nos expériences, de nos droits, et de nos parcours. Mais ce dont les médias ne parlent pas quand il s’agit des femmes trans c’est des centaines de femmes trans qui sont tuées chaque année à travers le monde. Ce dont les médias ne parlent pas ce sont les femmes trans qui se font maltraiter par la police, par les agents d’immigration, par les professionnels de santé, et par beaucoup de gens qui ont plus de pouvoir systémique que nous.

Ce dont les médias ne parlent pas c’est les femmes trans immigrantes au Québec dont la majorité sont des femmes trans racisées. Ce dont les médias ne parlent pas c’est les femmes trans immigrantes au Québec qui n’ont pas les mêmes droits que les autres femmes trans nées au Canada. Ce dont les médias ne parlent pas c’est que, au Québec, les femmes trans immigrantes n’ont pas les bons papiers d’identité. Ce dont les médias ne parlent pas c’est les femmes trans immigrantes au Québec qui ont encore « sexe masculin » écrit sur leurs documents. Ce dont les médias ne parlent pas c’est que le Québec s’en fout de nous. Le Québec ne veut pas nous laisser changer nos documents. Le Québec aide les personnes trans Canadiennes mais pas celles qui viennent d’ailleurs, pas celles qui ont vécu le pire.

Savez-vous pourquoi les médias et les gouvernements ignorent les femmes trans racisées et immigrant

Parce que, selon eux, nos vies sont moins précieuses que les vies des personnes nées ici. Parce que selon eux, on n’est pas assez humaines et dignes pour qu’ils nous donnent un peu de considération. Parce que, au fond, il y a le racisme plus que la transphobie. Parce que, au fond, les privilèges des uns les rendent insensibles aux oppressions des autres. Les médias et les gouvernements ne nous prennent pas au sérieux, parce que, étant des femmes trans racisées, on n’a pas assez de privilège blanc, on n’a pas assez de pouvoir, parce que, selon eux, on ne mérite pas leur temps et on ne mérite pas qu’on nous écoute.

Les médias et les gouvernements ignorent les 30.000 voire 40.000 femmes trans migrantes aux États-Unis qui sont menacées de déportation sous le régime de Donald Trump. Les médias et les gouvernements ignorent que, depuis 2009, une personne trans est tuée chaque trois jours. Les médias et les gouvernements ignorent qu’en 2016, 237 personnes trans ont été tuées, avec une grande majorité de femmes trans noires et latinas.

Je sais que, sous Trump, le nombre de femmes trans tuées à la fin de 2017 sera plus grand. Je sais que, sous Trump, les conditions des femmes trans immigrantes seront pire.

Mais ce que je sais aussi c’est qu’on y est déjà, on vit des discriminations, on vit des oppressions. Que ce soit sous Trump ou Obama ou Trudeau ou Couillard, les femmes trans de couleur font face à beaucoup d’obstacles. Mais on survit, on sait rester fortes, on s’en sort, et on s’en sortira. Avec des dommages certes, mais on s’en sortira.

La route pourrait être plus obscure maintenant mais on est déjà en train de la traverser. Les épreuves pourraient être plus difficiles maintenant mais on est déjà en train de les affronter. La mer pourrait être plus profonde maintenant mais on ne coulera pas. On s’en sortira comme on s’en sort déjà. On survira comme on survit déjà. Mais encore plus important que la survie, on sera prêtes pour le combat suivant.

***

In the last few years, the media started to speak a lot about trans women. For the first time, some people hear of trans women’s existence, rights, and stories. But what the media ignores are the hundreds of trans women of color who are murdered every year. What the media ignores are the trans women who are mistreated by the police, by immigration agents, by health professionals, and by many people who have more systemic power than we do.

What the media ignores are the migrant trans women in Quebec who are a majority of trans women of color. What the media ignores are the migrant trans women in Quebec who do not have the same rights as other trans women who are born here in Canada. What the media ignores is that migrant trans women in Quebec don’t have the right legal documents. What the media ignores is that Quebec doesn’t care about us. Quebec does not want to let us change our documents. Quebec helps only trans people who are born here, but not those who come from afar, those who went through the worst.

Do you know why the media and the governments  ignore migrant trans women of color?

Because, according to them, our lives are less precious than the lives of those born here. Because, according to them, we’re not human enough and not worthy of their consideration. Because, at heart, there is racism more than there is transphobia. Because, at heart, some people’s privileges make them blind to other people’s oppressions. The media and the governments do not take us seriously because, as racialized trans woman, we don’t have white privilege, we don’t have enough power, because, according to them, we don’t deserve their time and we don’t deserve to be heard.

The media and the governments ignore the 30.000, even 40.000, migrant trans women of color in the US who are threatened with deportation under Trump. The media and the governments ignore that, since 2009, a trans person is murdered every three days. The media and the governments ignore that in 2016, 237 trans persons were murdered, with a majority of black and latina trans women.

I know that, under Trump, the number of murdered trans women at the end of 2017 will be bigger. I know that, under Trump, the living conditions of migrant trans women are gonna be worse.

But what I know, deep inside, is that we are already experiencing discrimination, we are already experiencing oppressions. Whether it is under Trump or Obama, Trudeau or Couillard, trans women of color are facing many struggles. But we survive, we know how to stay strong, we sort it out. And we will. Damaged, but surviving.

The path might be darker now but we’re already crossing it. The hardships might be harder now but we’re already overcoming them. The sea might be deeper now but we will not drown. We’ll survive the way we have always survived. But still more important than survival, we will be ready for the next battle.

Advertisements